Le projet

Le projet collectif glacier a pour objectif de créer une résidence / performance en altitude, sur un glacier, en septembre 2020 à l’issu de laquelle les glaciers seront reconnus sujets de droit.

Dans le terme collectif, il ne faut pas entendre uniquement un groupe constitué d’humains, mais que les glaciers en fasse aussi partie. Incorporer une telle entité naturelle parmi les humains revient à abolir la frontière nature/culture où la nature cesse d’être un objet, mais devient un « sujet ».

Dès lors, nous changeons de paradigme : l’humain n’est plus au centre d’un environnement, mais un sujet, certes particulier, mais partageant la biosphère, le vivant avec d’autres sujets agissant eux-mêmes. L’humain doit ainsi apprendre à régler sa vie, ses activités, ses désirs et imaginaires en fonction d’autres entités naturelles avec qui nous partageons un destin commun.

Déclarer « sujet de droit » une entité naturelle tels que les glaciers ne va pas de soi.
Penser un animal comme « sujet » plutôt que comme un « objet », comme le pense encore le droit, est un saut qualitatif tout à fait envisageable. De la même manière pour les plantes, ce sont des êtres vivants qu’il est concevable d’appréhender, devant le droit, comme des « sujets » tout comme les humains.
Mais les glaciers ? Ils connaissent des phases d’expansions et de contractions depuis des millions d’années.
Que signifierait alors de les intégrer comme des sujets ? En intégrant les glaciers comme « sujet de droit », il s’agit d’affirmer leur droit d’exister, d’être là, leur participation à l’écosystème de la montagne et des plaines (comme réserve estivale d’eau douce), notre reconnaissance esthétique comme élément tellurique désirable.En acceptant la responsabilité des humains dans la disparition certaine des glaciers d’ici 2050, dans le phénomène global de changement climatique, cela nous place dans un lien direct avec cet élément tellurique.
La question est :  de quel droit les humains se sont-ils doté pour s’octroyer le pouvoir de vie et de mort sur les entités naturelles ?